Agression du préfet de Haute-Savoie

Les faits :

Jeudi soir, le préfet de Haute-Savoie accompagne deux policiers de la BAC dans une ronde à Thonon-les-Bains. Les agents décident de contrôler un trafiquant de drogue. Le délinquant se rebelle et rameute une trentaine de personnes qui s’en prennent aux policiers. Un des voyous dérobe une bombe lacrymogène aux forces de l’ordre et s’en sert pour asperger le préfet resté dans la voiture. Il a fallu le renfort de trois véhicules pour calmer ce début d’émeute.

Communiqué de presse de Marine Le Pen :

Agression du préfet de Haute-Savoie par la voyoucratie : un signal d’alerte très grave

L’agression du préfet de Haute-Savoie lors d’un contrôle de la BAC dans la nuit de jeudi à vendredi est un événement très grave que le gouvernement semble vouloir minimiser par son silence alors qu’il devrait l’alerter au plus haut point.

Un nouveau seuil a en effet été franchi dans le remplacement de la loi de République par la loi des caïds. Outre l’agression du premier représentant de l’Etat dans le département, un policier a été roué de coups par la trentaine de voyous qui ont fondu sur la BAC.

A travers cette agression du préfet de Haute-Savoie, c’est l’Etat et la République qui sont défiés, c’est le bilan désastreux de Manuel Valls qui est mis en cause, grand ministre dans la parole et le mensonge mais tout petit ministre dans l’action.

La spirale de la violence qui frappe notre pays depuis des années n’a jusqu’ici trouvé face à elle que le laxisme et les effets de manche de l’UMP et du PS.
L’agression du préfet nous montre qu’il est plus que temps de tourner le dos à ces années de mollesse pour choisir la tolérance zéro, la réhabilitation de la sanction et le rétablissement de l’ordre républicain partout en France.