Le comité Théodule pour la Tunisie

J’étais présent au Conseil municipal du 24 juin. Il y faisait vraiment chaud, peut-être dans le but d’endormir toute velléité d’opposition. L’une des premières mesures quand je serai maire sera d’ouvrir les fenêtres de la salle du Conseil afin de respirer l’air frais. Appelez cela « développement durable » si vous voulez, en tout cas, ça ne coûte rien.

Cependant, je ne vais pas vous parler de nos montagnes mais des régions arides d’Afrique du Nord. J’ai en effet appris que la ville de Seynod et le Conseil général étaient engagés dans une « coopération décentralisée avec la Tunisie ». De quoi s’agit-il ? J’ai fait quelques recherches et j’ai fini par trouver.

D’après le compte-rendu de la séance du 12 novembre 2012 du Conseil municipal de Seynod, il s’agit « d’échanges basés sur des domaines d’intérêts partagés, à savoir :
– le tourisme,
– la formation,
– l’action sociale et culturelle,
– le sport,
– l’agriculture et l’élevage,
– l’environnement. »

C’est bien beau mais, concrètement, à quoi cela sert-il ?

Le tourisme est naturellement fondé sur l’échange : pas besoin d’être conseiller général ou municipal pour s’en rendre compte. Il y a déjà suffisamment d’offres vers la Tunisie au niveau des agences de voyage et des tour-opérateurs : Que faudrait-il développer de plus avec l’argent des contribuables ? Quant aux touristes tunisiens qui débarquent en France, nul besoin d’en augmenter le nombre. En revanche, il serait judicieux de contrôler qu’ils montent bien dans l’avion du retour…

Idem pour le sport : les rencontres internationales existent déjà. Elles ont un sens dans la mesure où tous les pays y participent. On ne voit guère l’intérêt de mettre en place une action spécifique entre notre région et la ville de Mahdia qui exclurait le reste du monde.

L’agriculture, l’élevage, l’environnement ? Pas besoin d’être un spécialiste du climat pour comprendre que notre région n’est pas confrontée aux mêmes problématiques que la Tunisie.

L’action sociale ? On imagine bien que ce n’est pas la Tunisie qui va aider nos chômeurs. Les échanges se feront à sens unique, de la Haute-Savoie vers la Tunisie. Les Savoyards sont-ils d’accord pour financer l’aide sociale outre Méditerranée ?

On en apprend un peu plus à la page 22 du compte-rendu de la séance du 12 novembre : on nous explique que la première action de ce plan ambitieux consiste à « réaliser un livre sur la ville de Mahdia mettant en valeur ses atouts agricoles, industriels, économiques et touristiques. » A cet effet ont été missionnées deux personnes. Les déplacements et tous les frais inhérents à cette mission ont été évidemment pris en charge par la collectivité. Deux semaines de voyage en Tunisie, au mois de novembre, tous frais payés, voilà une idée sympa pour la fin de l’année…

Les comités Théodule ne sont pas l’apanage de l’Assemblée nationale. Cette proposition a été approuvée à l’unanimité. Il est urgent que le Front national fasse son retour au conseil municipal.