Les mafias de l’UE

Dans l’Essor savoyard de cette semaine, on peut lire un dossier réalisé par Amélie David sur une forme de délinquance qui s’installe dans notre région : des malfrats simulent une panne en bord de route dans le but d’arrêter des automobilistes avant de les dépouiller de leur argent. Voici quelques extraits des propos d’un capitaine de gendarmerie rapportés par l’Essor :

Toutes ces personnes viennent de l’est de l’Europe. Toutes sont roumaines, originaires de la communauté rom. C’est une sorte de mafia qui agit dans l’ensemble des pays européens.
[…]
Les pirates viennent de la même ville de Roumanie. Les patrons envoient travailler leurs « petites mains » sur nos routes. Nous ne pouvons pas les condamner à proprement parler. Les « pirates de le route » ne commettent pas de gros délits mais de petites escroqueries. Difficile donc, de les condamner.
[…]
Nous leur adressons une convocation devant la justice, mais ils ne se présentent jamais. La législation française est telle que nous ne pouvons pas faire grand chose depuis que la Roumaine est entrée dans l’Europe. Ses citoyens peuvent circuler librement dans l’Union.

Il est temps de retrouver notre souveraineté et nos moyens d’action. La législation imposée par Bruxelles ne profite pas aux honnêtes gens qui ont toujours pu circuler en Europe bien avant l’invention de l’Union Européenne. Elle favorise seulement les indésirables dont personne ne veut. Les accords de Schengen sont une entrave à notre liberté de décider qui a le droit de s’installer chez nous. Ce sont des menottes aux poignets des gendarmes.