Oui, nous défendons la culture

Lors du dernier Conseil municipal, nous avons été accusés de nous opposer à la culture et à l’éducation. Ceci ne nous étonne guère car ce sont les mêmes clichés qui circulent depuis trente ans parmi les opposants au Front national. Le manque d’imagination est flagrant : c’est bien dommage pour des gens qui prétendent défendre les disciplines de l’esprit.

A l’origine de ces attaques, on trouve le fait que nous avons posé des questions sur des augmentations de subventions dans le domaine scolaire. C’est pourtant notre rôle d’élus : se renseigner, chercher à comprendre. C’est même le devoir de tout citoyen. D’ailleurs, nous avons ensuite voté en faveur de ces délibérations en connaissance de cause.

Nous nous sommes certes opposés au transfert du théâtre Renoir à la C2A. Il s’agit pour nous d’une question de bon sens. On nous répète depuis quelques mois que les dotations de l’Etat vont baisser, menaçant la survie de nos communes et de l’agglomération. Et personne ne fait rien ! On continue à dépenser autant que par le passé ! Nous donnons l’exemple en refusant d’intégrer de nouveaux organismes déficitaires au budget de la C2A.

Pour nous, la culture n’est pas qu’une question de subventions. La culture se vit. Chaque personne peut en être acteur. Et nous le prouvons en rédigeant et publiant la recension d’un livre qui reste d’actualité : La plaisanterie de Milan Kundera